Le blog
Dos Majeur

Cartable et mal de dos : comment soulager efficacement votre enfant et prévenir de futures douleurs ?

Le 30/07/2019

Le poids du cartable est souvent un coupable tout désigné pour expliquer le mal de dos et la fatigue chez l’enfant. Si un sac à dos trop chargé en fournitures scolaires peut expliquer en partie ces problèmes de dos, il importe toutefois de les considérer de façon globale. En s’interrogeant notamment sur la posture de l’enfant à sa table de travail, mais aussi sur son niveau d’activité physique et sa qualité de vie.

Le choix du cartable est un long et vieux débat soulevé régulièrement par de nombreuses APE (Associations de Parents d’Elèves). Toutefois, il n’a jamais été véritablement pris en compte par les établissements scolaires.
Cependant, si un enfant se plaint d’avoir mal au dos, il est important de consulter un médecin ou un ostéopathe. Ne serait-ce que pour éliminer aujourd’hui un problème plus important demain ! Ensuite seulement peuvent être examinées les diverses contraintes qui peuvent générer fatigue et douleurs.

Il ne faut pas se limiter au seul port du cartable, bien qu’il soit très important.

Port et poids du cartable d’école : nos conseils

Comment votre enfant doit-il porter son cartable ou son sac-à-dos pour éviter les douleurs des muscles et des articulations ?

  • Au niveau du dos, bien plaqué contre celui-ci ;
  • Les bretelles réglées en fonction de la taille de l’enfant ;
  • Le plus près possible de la colonne vertébrale.

Et si le cartable est porté à la main ou sur une épaule ? L’enfant sera obligé d’incliner sa colonne vertébrale pour compenser le déséquilibre provoqué par le poids du cartable. Cette posture est alors source de douleurs musculaires très importantes.

En général, le poids du cartable double au passage du CM2 au collège, pour atteindre 10 à 12 kg, parfois plus. Alors que certains élèves de classe de 6e ne pèsent que 30 kg !  C’est beaucoup trop pour un dos en pleine croissance. Une circulaire ministérielle du 26 octobre 1995 précise d’ailleurs que le poids du cartable ne doit pas dépasser 10 % du poids de l’élève. Quel salarié accepterait d’aller travailler avec un sac à dos pesant entre 30 et 50 % du poids de son corps ?

Quelles alternatives pour remédier au mal de dos causé par le cartable ?

Le cartable à roulettes anti mal de dos est souvent évoqué. Mais attention, il peut cautionner le fait de porter trop de fournitures et de manuels. De plus, il ne règle pas le problème des escaliers.
Les cartables à roulettes posent le même problème que le caddie pour les courses. En utilisez-vous un ? Et sinon, pour quelles raisons ? Sans doute estimez-vous également que le poids du sac est beaucoup trop important au moment de monter vos marches…

Toutefois, le poids du cartable n’est pas suffisant pour expliquer fatigue et douleurs. Il faut aussi examiner la qualité de la position assise, au collège comme à la maison. Le nombre d’heures passées dans cette position est très important.

Au collège, c’est bien sûr difficile, mais il faut sensibiliser l’établissement à ce problème. Il est ainsi possible de mettre en place, dans chaque classe, des tables pour les petits et des tables pour les grands. Les tables pour les «grands» de 6e serviraient par exemple aussi pour les «petits» de 3e. Les établissements scolaires peuvent également opter pour des tables scolaires à hauteur réglable.

À la maison, chacun peut intervenir

Ce n’est pas forcément plus facile car l’enfant grandit souvent plus vite que son mobilier, même réglable ! Restez vigilant, et veillez ensuite à ce que le plan de travail soit bien éclairé. L’enfant de doit pas souffrir de problèmes de vue pour adopter une posture correcte à son bureau.

Il faudra ensuite proposer une activité physique indispensable au bon développement corporel de l’enfant. Vous lui donnerez ainsi les moyens de faire face à une journée bien remplie. À l’école, cette activité sportive est éducative et permet l’éveil. Elle peut être complétée au niveau familial. Choisissez une activité ludique, en fonction des goûts et aptitudes de l’enfant, en évitant de céder aux phénomènes de mode.

Il faut enfin rester conscient des problèmes de rythmes scolaires. Ils sont parfois incompatibles avec un milieu de vie ou des activités familiales trop éloignées des besoins de l’enfant.

Veiller à la qualité de vie de son enfant

Enfin, et pour compléter ces quelques conseils :

  • Le sommeil est un facteur important durant toute la période de la croissance, en quantité et en qualité.
  • La nutrition doit être bien répartie dans la journée, riche et variée. Une éducation est parfois nécessaire pour assurer l’indispensable, sans excès. Un problème de surpoids conduira l’enfant vers une fatigue accrue, amplifiant les problèmes précédents.
keyboard_arrow_up