Le blog
Dos Majeur

Comprendre et prévenir les risques psychosociaux : les RPS au cœur de l’activité de travail

Le 28/02/2020

La formation Dos Majeur à la prévention des RPS, ou Risques PsychoSociaux, s’appuie à la fois sur une solide base méthodologique et sur les enjeux concrets de chaque situation de travail. Son approche ludique et pédagogique originale contribue à identifier, analyser et réduire les risques de RPS. Et contribue ainsi à la santé physique et mentale et au bien-être de chaque employé au travail, dans le respect des objectifs de chaque entreprise.

Les RPS, un enjeu majeur de la sécurité au travail en 2020

Stress au travail, violence, harcèlement moral, souffrance, mal-être, épuisement, burnout… tous ces termes lorsqu’ils sont exprimés sur le lieu de travail évoquent la notion de risques psychosociaux. Or les RPS ne peuvent plus être considérés comme des risques émergents. Tous les établissements et tous les travailleurs sont concernés par les risques psychosociaux. Dès lors il est impératif d’agir pour les identifier et les évaluer afin de mettre en place des actions pour les prévenir.

Désormais, Dos Majeur vous accompagne dans la mise en place d’une démarche de prévention des RPS au sein de votre structure. Cette démarche vise deux objectifs :

  • Engager une conduite de projet pour la réduction des risques psychosociaux ;
  • Disposer d’outils à mettre en œuvre pour en accomplir les différentes étapes.

Les dispositifs de sensibilisation ou de méthodologies d’action se sont multipliés. Les acteurs prenant en charge les risques professionnels sont amenés à intégrer la prévention des RPS dans leurs pratiques.

Aussi, faisons le point sur les risques psychosociaux et l’offre de Dos Majeur pour les prévenir.

Définitions, références et enjeux

En octobre 2007, Ministère du Travail, des Relations Sociales et de la Solidarité a défini les RPS comme suit :

« Les risques psychosociaux recouvrent les risques professionnels qui portent atteinte à l’intégrité physique et à la santé mentale des salariés… Ces risques peuvent entraîner des pathologies professionnelles telles que des dépressions, des maladies psychosomatiques, des problèmes de sommeil, mais aussi favoriser des TMS, des maladies cardio-vasculaires, des accidents du travail.

Ils se situent à l’intersection des dimensions individuelle, collective et organisationnelle de l’activité professionnelle. Les risques psycho-sociaux sont d’autant plus difficiles à aborder au sein d’une entreprise que leur origine est multifactorielle.

La nature et l’origine de ces risques placent donc l’organisation du travail et le dialogue social au cœur des mesures de prévention ».

D’autre part, le rapport d’un collège d’expertise présidé par Michel GOLLAC caractérise les RPS comme « des risques pour la santé mentale, physique et sociale, engendrés par les conditions d’emploi, les facteurs organisationnels et relationnels susceptibles d’interagir avec le fonctionnement mental ».

Il en ressort que l’impact des risques psychosociaux va au-delà des atteintes mentales et physiques sur les individus. Les RPS ont des répercussions sur les relations au travail et sur le travail ; et par conséquent sur la performance de l’entreprise.

En conséquence, la mise en place d’une démarche de prévention des RPS au sein des établissements doit permettre de répondre aux enjeux suivants :

  • Humains : le respect et la préservation de l’intégrité physique et mentale des travailleurs. L’épanouissement au travail, la reconnaissance et le développement des compétences… ;
  • Sociaux : la diminution des conflits, l’amélioration des relations sociales et du climat social. La restauration de l’entraide, de la coopération entre collègues et d’un climat de confiance… ;
  • Organisationnels : l’optimisation des processus de production, la clarification des rôles de chacun, l’amélioration des processus de communication interne, l’anticipation des changements… ;
  • Économiques : la diminution des coûts induits sur la productivité, la qualité, l’absentéisme… et l’augmentation de la performance ;
  • A minima juridiques : la réponse à l’obligation de résultat en matière de sécurité qui incombe à l’employeur, la préservation des poursuites juridiques.

Prévention des RPS : par où commencer ?

Comme pour l’ensemble des risques, la prévention des risques psychosociaux s’inscrit nécessairement dans une réflexion plus globale sur la qualité de vie au travail.

Il est indispensable de préparer l’évaluation des RPS :

  • En définissant les objectifs et les priorités propres à la structure ;
  • En informant les salariés ;
  • En vérifiant les compétences et les ressources mobilisables en interne.

Trois domaines de compétences essentiels doivent être mobilisés pour réussir son projet de prévention des RPS : le pilotage du projet, l’animation du projet et la conduite de la démarche de prévention.

Sur la base d’une démarche participative, un groupe de travail s’appliquera à réaliser un diagnostic des facteurs de risques psychosociaux. L’outil « Faire le Point » proposé par l’INRS peut ouvrir le dialogue.

Attention les six types de facteurs préconisés par le rapport GOLLAC ne sont pas des indicateurs du travail réel (situations de travail). Ils ne permettent pas de créer des plans d’actions réduisant le niveau de RPS dans une unité de travail. Toutefois ce sont des indicateurs qui orientent.

À ce stade, Dos Majeur propose de former le dirigeant, pilote du projet, et le groupe de travail en charge de la mise en œuvre du projet, à la méthode ANACT.

Cette approche permet de prendre en compte les risques psychosociaux dans le Document Unique d’Évaluation des Risques Professionnels (DUERP), en travaillant sur les situations de travail réel, pour aller jusqu’à la mise en place d’un plan d’action.

La formation « Prévenir les risques psychosociaux »

Dos Majeur organise une formation autour des serious games du réseau Anact-Aract.

Dans un premier temps, les participants découvriront le jeu de cartes «Les RPS dans le Document Unique : sensibiliser et poser les bases de la prévention ». Cette approche permet de :

  • Sensibiliser les acteurs de l’entreprise aux risques psychosociaux, à leurs conséquences, leurs causes.
  • Apprendre à repérer les facteurs de risque, mais également les pistes d’actions de prévention à intégrer au DUERP.

Dans un second temps, les participants expérimentent la méthode d’analyse d’une situation problème. Cette méthode doit les conduire à l’inscription de cette situation dans un DUERP à partir d’un cas concret. Ils utilisent pour ce faire le jeu de plateau « Les RPS dans le Document Unique ».

À l’issue de cette journée de formation, chaque participant peut se lancer dans son projet de prévention des risques psychosociaux en ayant intégré l’importance de prendre en compte les causes des RPS.

L’entreprise passe dès lors de l’écoute d’un ressenti individuel à une analyse et des actions plus collectives et organisationnelles. Elle sort de l’approche « faute de … » pour proposer des plans d’action en lien avec le contenu du travail et l’organisation du travail, et en prévention primaire.

Besoin d’en savoir plus ? Contactez Dos Majeur pour vous informer sur les démarches de prévention des RPS ou consultez notre page dédiée à la formation.

keyboard_arrow_up