Travail sur écran : attention à la lumière bleue !

04 Mars 2019

Avec la multiplication des écrans dans nos usages du quotidien, la lumière bleue fait de plus en plus parler d'elle. Cependant, qu'est-ce que la lumière bleue ? Faut-il s'en inquiéter ? Existe-t-il des solutions pour s'en protéger ? Et au travail, sommes-nous exposés ? Quelques pistes de réponses…

Lumière naturelle, lumière artificielle, lumière bleue ?

Qu'elle soit naturelle ou artificielle, la lumière est composée de particules électromagnétiques qui se déplacent par ondes. Chaque longueur d'onde est représentée par une couleur différente. La lumière bleue est une partie du spectre lumineux, dont les longueurs d'ondes se situent entre 380 et 500 nanomètres.



La lumière bleue potentiellement dangereuse pour la rétine, représente une petite partie seulement de l'ensemble de la lumière existante. Elle correspond aux longueurs d'ondes bleu-violet. Émise par le soleil, elle provient aussi de sources lumineuses artificielles : éclairages fluorescents, lumière LED et écrans.

Quels sont les effets néfastes de la lumière bleue sur la vue ?

  • La lumière bleue perturbe les cycles de sommeil ;
  • Elle jouerait un rôle dans l'apparition de la DMLA et de maladies oculaires ;
  • Elle provoque fatigue visuelle et problèmes de vue.

Les risques sanitaires dus à la lumière bleue (RDLB) désignent un phénomène photochimique encore mal compris. En effet, la lumière bleue peut aider à rehausser la bonne humeur et à favoriser la vigilance. Toutefois, une exposition prolongée, notamment le soir, peut diminuer la production de mélatonine, surnommée "l'hormone du sommeil". Elle est donc susceptible de perturber votre cycle circadien et votre horloge biologique (troubles de l'endormissement, réveil nocturne, dépression saisonnière…).

D'autre part, de nombreuses études montrent qu'une protéine associée à la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) est photosensible dans l'onde bleue de la lumière. Une exposition chronique pourrait donc jouer un rôle dans l'apparition de cette pathologie. Première cause de malvoyance des personnes de plus de 50 ans dans les pays développés, la DMLA touche 8 % des Français.

Enfin, près de 70 % des adultes connaissent quelques symptômes de fatigue oculaire liée à un usage régulier d'appareils numériques. Ces derniers favorisent en effet l'exposition à la lumière bleue et la diminution des clignements de paupière. Pourtant, beaucoup n'ont rien fait pour atténuer leur inconfort, en raison principalement d'un manque de connaissances sur l'origine de ces troubles visuels.

Comment prévenir ces effets nocifs ?

Évitez la surexposition aux écrans et privilégiez les protections collectives : abat-jours sur les lampes LED, filtre anti-lumière bleue, réglage de l'intensité lumineuse.

Pour se protéger les yeux :
  • À l'extérieur, portez des lunettes de soleil équipées de verres anti-lumière bleue (demandez conseil à votre opticien) ;
  • À l'intérieur, préférez une paire de lunettes adaptées aux écrans (consultez un ophtalmologiste) ;
  • éviter d'utiliser son téléphone portable, sa tablette ou son ordinateur dans le noir ;
  • privilégier la lecture sur papier.
Au travail, avec l'outil informatique :
  • Adaptez la luminosité de votre écran d'ordinateur en vérifiant le réglage de votre appareil ;
  • Pensez à changer la couleur blanc brillant de votre fond d'écran pour une teinte moins éblouissante ;
  • Utilisez un logiciel qui réduit l'émission de lumière bleue ;
  • Appliquez la règle "des 20" : toutes les 20 minutes, prenez une pause de 20 secondes et regardez quelque chose à 20 pieds (environ 6 mètres) ;
  • Et formez-vous à la prévention des risques au poste de travail informatisé !
Besoin d'en savoir plus ? Contactez Dos Majeur pour vous informer sur les démarches de prévention aux risques liés à la lumière bleue.

Sources :
"Sensibilisation à l'exposition aux rayonnements optiques artificiels (RAO) sur les lieux de travail", INRS ED 6113 ; "Rayonnements optiques & électromagnétiques au travail", Hygiène & Sécurité du travail, Hors-série ; "Lampes à LED et risque rétinien", Fiches techniques de la SFRP.