Le sommeil, c'est la santé !

03 Janvier 2019

45 % des Français âgés de 25 à 45 ans considèrent qu’ils dorment moins que ce dont ils ont besoin.

Or, le sommeil n’est pas simplement de l’ordre du bien-être. Étroitement lié aux modes de vie, il a un impact très important sur le quotidien. Pourtant, les bonnes pratiques, les mauvaises habitudes, les conséquences du bien et du mal dormir restent encore méconnues.

Voici quelques conseils pour vous aider à obtenir un meilleur sommeil et vous alerter sur les erreurs à éviter.

Sommeil et environnement : pensons literie !

Nous passons 1/3 de notre vie au lit… Une bonne literie est primordiale ! Une bonne nuit de sommeil permet de récupérer et d’évacuer la fatigue physique et intellectuelle de la journée. La santé du dos passe aussi par la qualité de la literie.

La literie, c'est un ensemble indissociable où chaque élément à son rôle :
  • un sommier qui absorbe les poids, doit rester bien plan
  • un matelas qui absorbe les formes, pas trop dur (chassez les idées reçues : dormir sur un planche, est mauvais pour votre colonne vertébrale !)
  • un oreiller qui permet à la colonne cervicale de rester dans le prolongement de la colonne dorsale.

Cet ensemble doit soutenir le corps entier, en position horizontale, et en respectant les formes du corps et les courbures naturelles de la colonne vertébrale. La position idéale de repos est la position physiologique. Elle permettra à tous les éléments de la colonne de se relâcher au mieux. Dormez plutôt sur le côté, évitez de dormir à plat ventre.

Les inconvénients de la position à plat ventre :

  • La cambrure lombaire accentuée (le bassin plus lourds s'enfonce dans le matelas)
  • La respiration diaphragmatique bloquée (les poumons et le diaphragme sont écrasés par le poids du corps)
  • La colonne cervicale en rotation à 90°

Et dormir à deux ? Favoriser les couettes individuelles, et/ou deux matelas séparés pour le même lit pour laisser chacun décider de son confort.

Sommeil et travail : horaires dits « atypiques »

En France, le travail en horaires atypiques concernerait près de deux salariés sur trois. En effet, seulement 37 % des salariés ont des horaires dits « standards ».

Quelques conseils de l'INPES pour prévenir les complications du travail de nuit ou posté :
  • Essayer de dormir au moins 7 heures par jour. Le premier épisode de sommeil qui suit le travail est souvent court et insuffisant (5 à 6 heures). Il faut donc le compléter par une sieste d’1 à 2 heures au cours de la journée ;
  • S’isoler le plus possible au cours du sommeil : faire le noir dans la chambre, se protéger contre le bruit, refuser des rendez-vous au cours de la période de repos ;
  • Avoir un exercice physique régulier ;
  • S’exposer à la lumière avant le travail ou lors des premières heures de travail ;
  • Éviter le plus possible la lumière en sortant du travail ou lors du retour à la maison ;
  • Prendre une douche fraîche lors du retour chez soi pour faire baisser la température du corps et favoriser ainsi l’endormissement ;
  • Avoir une alimentation régulière, en favorisant un repas consistant et riche en protides avant de partir travailler et une collation légère et riche en glucides en rentrant avant de se coucher.
Retrouvez tout ce qu'il faut savoir sur les horaires atypiques dans le dossier "Travail de nuit et travail posté" de l'INRS.

Respectons notre sommeil et notre éveil

Nous en avons tous fait l’expérience : après une bonne nuit de sommeil, nous profitons mieux de la journée. Le sommeil est indispensable pour réduire le stress physique et psychologique. Un bon sommeil en quantité et en qualité est un gain de temps. Ses bienfaits sont multiples et il participe pour beaucoup à notre bien-être et à notre efficacité.

Si vous avez des douleurs au réveil, faites quelques mouvements de mise en route, comme le fait peut-être... votre chat en se levant ! Et respectez la bonne procédure pour bien se lever. Ne vous levez pas d'un bond !

Si vous dormez à plat dos, roulez sur le côté. Repliez vos jambes, asseyez-vous sur le bord du lit sans torsion.

Et si ce soir en vous allongeant, vous pensiez :

"Demain... Je me lève de Bonheur"