Les activités de bureau : travail sur écran

12 Mars 2015

Avec le développement des nouvelles technologies de l’information, le travail de bureau s’est généralisé.

La sédentarité, le travail sur écran et la polyvalence sont quelques éléments qui le caractérisent et peuvent présenter des risques pour votre santé ou celle de vos collaborateurs.


Dans ce cadre, Dos Majeur a construit des formations spécifiques pour les personnels menant des activités de bureau en intégrant les contraintes liées à la tâche, au poste, à l’équipement dédié mais aussi à l’environnement et à l’organisation du travail.
 
Selon l'Insee, les activités de bureau concernaient 75 % des actifs français en 2009, contre 65 % en 2000. Aussi, cette évolution du travail combiné est une faible connaissance des limites de l’être humain conduit à un développement des pathologies professionnelles.

Pour Dos Majeur,  ces formations spécifiques sont construites selon 3 axes :

  • Le « savoir » : une approche théorique sur le fonctionnement du corps humain et les grands principes ergonomiques en découlant.
  • Le « Le savoir-faire» : une approche pratique expérimentale en salle de formation avec des exercices de prise de conscience corporelle.
  • Le « savoir être » : une application pratique individualisée en situation réelle de travail où chaque participant applique à son poste de travail les acquis des phases précédentes avec l’aide de l’intervenant.
Retrouvez nos principaux programmes dans la rubrique « Activités du bureau » ou contactez-nous pour un programme sur-mesure ou pour plus de renseignement.

Pour aller plus loin, téléchargez nos supports de cours sur le sujet :

Données statistiques

Les ordinateurs sont devenus un élément incontournable de notre environnement de travail. Ainsi, en 2005, plus de 16 millions de salariés en France étaient utilisateurs d'informatique. Dans le secteur tertiaire, le pourcentage de salariés travaillant sur écran au moins 20 heures par semaine est passé de 14,5 en 1994 à 25,2 en 2003 mais est resté inchangé en 2010. Toutefois, chez les cadres supérieurs, ce pourcentage a continué à augmenter (Dares, 2012).

En 2012, un français passait, en moyenne, 36 heures par semaine face à un écran, tous supports confondus (activités professionnelles et loisirs cumulées) (Crédoc, 2012).

En France, le nombre de TMS reconnus comme maladies professionnelles s'élevait à 46 537 en 2012. Pour cette année là, on estime que tout au plus 5 % de ces  TMS étaient attribuables au travail sur écran (INRS).